Hôpital du Jura
Kristian Schneider

Matrix

Le 30 janvier 2014

Matrix

Quand vous arrivez à l’hôpital comme patient, vous devez présenter un numéro d’assurance. A l’accueil, vous recevez un numéro de patient et un numéro de cas. Dans les documents remplis durant votre hospitalisation, il y a un numéro de série. Pour pouvoir calculer les coûts, nous devons donner à l’assurance le diagnostic et le traitement sous forme de codes chiffrés. Chaque collaborateur qui entre en contact avec vous possède son propre numéro, à travers lequel il est clairement identifiable.

Pendant votre séjour, nous mesurons vos fonctions vitales (pression sanguine, pulsations, taux d’oxygène, température du corps). Encore des chiffres ! Ils sont introduits régulièrement dans le dossier électronique du patient. Ainsi, nous pouvons suivre de manière documentée comment évolue votre état de santé.

Pourquoi je vous raconte tout cela ? Il y a quelques jours, j’ai lu un article très intéressant. Il décrit ce que perçoivent les patients durant leur hospitalisation, respectivement comment ils se sentent. Une patiente raconte de manière poignante qu’elle s’est sentie traitée comme un numéro. Nous perdons malheureusement trop souvent le vrai contact avec le patient, par manque de compréhension et aussi à cause des progrès techniques et la pression du temps toujours plus grande chez les médecins et les soignants.

Ce doit être notre objectif le plus important, de lutter contre ce phénomène. La pression financière exercée sur les hôpitaux ne doit pas nous amener à traiter les patients comme de simples numéros de cas, pour qu’ils ne soient pas considérés comme des codes Diagnosis related group.

Je suis Kristian Schneider, Jurassien d’adoption, qui vous remercie pour votre confiance en l’H-JU.