Hôpital du Jura
Don d'organes

Don d'organes

Le don d’organes sauve des vies

L'Hôpital du Jura est un hôpital de détection et d’identification de donneurs potentiels, plus particulièrement dans les services des Urgences et des Soins intensifs. Il dispose de la technologie EID qui permet de lire la carte de donneur sur smartphone et ceci sur les sites de Delémont, Porrentruy et Saignelégier.

Si vous êtes en mort cérébrale  et que  vous avez manifesté votre intention de donner vos organes en ayant rempli une carte de donneur, via l’application Medical ID ou en ayant parlé à vos proches, vous serez transféré dans un hôpital universitaire pour le prélèvement.

Même si une carte de donneur d’organes est établie, nous privilégions toujours le dialogue avec les proches et consultons dans tous les cas la famille.

Les frais de transfert du donneur potentiel, le prélèvement et le rapatriement du corps sont pris en charge par Swisstransplant.

 

Besoin de renseignements ?

Coordinatrice locale H-JU:  dondorganes@h-ju.ch

Quelles sont les exigences pour un don d’organes ?

Un don d’organes n’est possible que si la mort du donneur est clairement établie. La personne est considérée comme décédée lorsque la mort cérébrale est établie (perte complète et irréversible de toutes les  fonctions du cerveau).

Quelles sont les exigences légales applicables au don d’organes ?

En Suisse la loi parle de consentement au sens large. Le prérequis pour autoriser un prélèvement d’organes est le consentement de la personne décédée. Si elle n’a pas exprimée sa volonté les proches sont interrogés sur sa volonté présumée

Quels sont les organes qui peuvent être prélevés ?

Cœur, poumon, foie, reins, pancréas, îlots de Langerhans et intestins grêle, ainsi que les tissus suivants : cornée osselets, valves cardiaques, vaisseaux, peau, moelle et sang.

Quels sont les organes les plus prélevés et transplantés ?

Ce sont les reins suivis par le foie, les poumons et le cœur.

Peut-on donner ses organes suite à un décès à la maison ?

Actuellement aucun don n’est possible dans ces conditions. Le prélèvement  nécessite des mesures médicales préliminaires qui ne peuvent être effectuées qu’à l’hôpital.

Pourquoi manque-t-on d’organes à greffer ?

Le prélèvement d’organes est rarement envisageable : moins de 1% des personnes qui décèdent à l’hôpital peuvent être prélevées. De surcroit, plus d’un prélèvement sur trois est refusé par la famille qui ne connaît pas la volonté du défunt.