Hôpital du Jura

La détermination sans failles du personnel hospitalier

Le 15 décembre 2020

Tableau de Sandrine Koller, mars 2020 Zoom sur « Tableau de Sandrine Koller, mars 2020 » (touche ESC pour fermer)
Tableau de Sandrine Koller, mars 2020

Début mars, la crise était perçue par l’ensemble de la population comme un phénomène exceptionnel. Chacun était invité à rester chez soi et à encourager le personnel soignant sur son balcon.

La deuxième vague est toute différente. En effet, cette crise est presque « banalisée » et le personnel soignant s’est retrouvé confronté à une charge de travail bien plus lourde que celle du printemps dernier. Et cela, dans un contexte plus tendu, avec une population qui accepte difficilement les contraintes édictées par les autorités cantonales et fédérales.

Jusqu’à cette crise, les prestations de soins étaient très souvent perçues par tout un chacun comme intarissables dans notre pays. Ce n'est pas le cas. Cette pandémie aura prouvé que l’acte de soins dépend d'une chaîne de compétences qui peut rapidement se fragiliser. Les personnes formées, qualifiées et motivées ne sont pas inépuisables.

Je suis particulièrement touché par l’engagement du personnel qui a su se mobiliser, non seulement à l’Hôpital du Jura, mais également dans tous les hôpitaux du pays. Cette volonté de faire de son mieux pour les patientes et patients est le cœur de l'activitié de toute personne travaillant dans un établissement de soins.

Chères collaboratrices et chers collaborateurs, que vous soyez au chevet des patients ou en soutien, je vous exprime toute ma gratitude pour votre engagement et votre détermination sans failles. Je suis conscient que la situation que nous vivons est pénible et incertaine, aussi bien dans l’intensité du travail que dans sa durée.


Vous avez toujours eu foi en nos valeurs et je tiens à vous rendre hommage en vous relayant cette peinture de Mme Sandrine Koller, qui décrit le regard d’une soignante en cette période troublée. Le personnel de l’H-JU a retrouvé cette peinture sous forme de carte, avec un  petit présent offert par le Conseil d’administration et le Comité de direction.

Et à vous, chères/chers patient·e·s, chères/chers résident·e·s et vos familles, vous souffrez également de cette situation et en particulier des restrictions des visites. Mais vous nous accordez votre confiance et c'est la plus précieuse de aides. Merci pour vos mots et vos attentions qui nous touchent infiniment. 

Merci aussi à toutes les personnes qui nous soutiennent, celles qui nous font des pâtisseries, des dessins, de mots d'encouragement ou envoient du chocolat. Tous ces gestes font chaud au coeur. 

Je vous souhaite, ainsi qu’à vos proches, des Fêtes de fin d’année empreintes de douceur,
de joie et de bonheur. Et ne manquez pas nos voeux au format vidéo : www.h-ju.ch/voeux2021 

Thierry Charmillot
Directeur général de l'H-JU

L'oeuvre de Sandrine Koller

Je respire mal,
Derrière ce masque, je cache ma peur, mes angoisses
Je masque mes soucis !
Tant de choses me tourmentent, me torturent.
Gagner du temps en donnant de mon temps !
Même toute la technologie que nous avons conçue ne peut rien
contre ce virus planétaire.
Depuis tant d'années, l'homme se bat pour franchir les obstacles. Et oui, nous sommes ici pour passer des épreuves, la vie nous rappelle qu'elle n'est pas toujours facile.
Il y a tant à faire, 
Il me faut garder la tête légère !
Il y a des jours pour moi fragiles et difficiles, où j'ai envie de tout abandonner !
Mais tu me tiens à coeur, 
Quand tout va mal, 
Je te ramène dans un état normal !
J'ai appris le bonheur de sourire aux éclats de rire, 
Qui te donne la force de guérir !
Ces gestes qui soulagent,
Que l'on doit parfois faire avec courage !
Présente de nuit comme de jour,
En dépit des mauvais jours !
J'ai appris le bonheur de se battre pour la vie, l'avenir. 
 
A l'extérieur, le rythme ralentit...
Ce monde se reconnecte à la nature pour découvrir que notre plus grande
priorité est finalement de se nourrir !
Le monde ne court plus après l'argent !
On tend la main à qui en a besoin,
Sans espérer un retour, ni rien...
Juste se dire que c'était bien !
La nature se délecte de notre léthargie. 
Elle n'a jamais été aussi épanouie.
Faut-il que mes yeux s'emplissent d'ombre pour t'apprécier ?
Tu me donnes espoir !
 
Amitié,
Sandrine Koller
Mars 2020
Ce site utilise des cookies à des fins de statistiques, d’optimisation et de marketing ciblé. En poursuivant votre visite sur cette page, vous acceptez l’utilisation des cookies aux fins énoncées ci-dessus. En savoir plus.