Hôpital du Jura
Ambulance H-JU

Concept Cantonal de Médecine d'Urgence et Sauvetage

Le CCMUS - pour améliorer la sécurité sanitaire de l'ensemble de la population jurassienne

Pour mieux répondre aux besoins de la population, pour tenir compte de l'évolution de la demande, pour faire face aux difficultés de recrutement et de certification, tout en profitant par ailleurs au mieux des expériences positives réalisées dans d'autres cantons, l'H-JU, la SMCJU (Société Médicale du Canton du Jura) et le Service de la santé publique ont élaboré un "Concept Cantonal de Médecine d'Urgence et Sauvetage". Le Conseil de la santé publique s'est prononcé à l'unanimité en faveur du CCMUS. Il permet des améliorations importantes : 

  • sauver davantage de vies en renforçant la chaîne de sauvetage (meilleure sécurité sanitaire pour toute la population jurassienne) 

  • renforcer les compétences médicales d'un centre d'urgence cantonal, qui pourra poser un diagnostic plus rapidement, avec une meilleure orientation du patient (SMUR et Urgences)

  • pérenniser l’organisation du sauvetage et des urgences sur le territoire jurassien

  • clarifier le fonctionnement des Urgences et éviter les mauvais messages et réflexes : toutes les urgences vitales sont DÉJÀ AUJOURD’HUI adressées aux Urgences de Delémont ou à un Centre universitaire. Il arrive malheureusement encore que des patients graves se rendent aux Urgences de Porrentruy ou Saignelégier plutôt d'appeler le 144 pour être acheminés le plus rapidement possible vers le centre le mieux adapté.

  • mieux allouer les compétences (le but n'étant absolument pas de réaliser des économies)

  • appliquer un modèle éprouvé et efficace. il fonctionne au Tessin, en Valais, aux Grisons, etc. Dans ces cantons et au Tessin en particulier, le taux de survie lors d’un arrêt cardiaque a été considérablement amélioré !

Les professionnels de l'H-JU (médecins urgentistes d'expérience, infirmier-chef des urgences et ambulancier-chef) apportent des solutions crédibles, soutenues par le Département de la santé, la Société médicale du canton du Jura, le Conseil d'administration et le Comité de direction de l'H-JU. Les instances politiques devront se positionner, car des modifications de la loi seront nécessaires pour mettre en application ce concept sanitaire.

Chaîne du sauvetage Zoom sur « Chaîne du sauvetage » (touche ESC pour fermer)

Les prestations de sauvetage et la médecine d’urgence évoluent, et l’organisation actuelle dans le canton du Jura pourrait être optimisée : d’une part, en utilisant mieux les ressources à disposition et d’autre part, en ajoutant des intervenants de proximité. L’enjeu est essentiel, puisque le but visé est d’améliorer la prise en charge extrahospitalière sur tout le territoire jurassien et d’augmenter la survie des patients présentant une atteinte des fonctions vitales ou un arrêt cardiovasculaire. Actuellement, les ambulanciers appliquent des algorithmes de prise en charge et pratiquent si nécessaire une réanimation cardiorespiratoire (massage cardiaque externe +/- défibrillation).

Chaîne du sauvetage renforcée

La mobilisation de nouveaux intervenants en cas d’arrêt cardiaque permet d’administrer plus précocement un massage cardiaque et une défibrillation, avant même l’arrivée de l’ambulance. De plus, en cas de menace vitale, une médicalisation précoce (MUP ou SMUR) renforce la prise en charge préhospitalière. Dans toutes ces situations, le délai jusqu’à l’arrivée des premiers intervenants est primordial, car chaque minute compte. Avec ce dispositif renforcé, la RCJU optimisera les délais de prise en charge grâce à une organisation moderne et correspondant aux recommandations actuelles. 

Vidéo mise à disposition par l'ESSR (Ecole de Santé de Suisse Romande)

 

Adaptation des Urgences intrahospitalières

Le Canton du Jura mérite des Urgences modernes et capables de répondre aux besoins et attentes de la population. Le patient doit pouvoir s’adresser d’emblée à une structure capable de traiter son problème de santé, tant dans un but de qualité de prise en charge (plateau technique, personnel formé, masse critique) que de délai jusqu’à l’administration du traitement approprié. 

Une réorganisation des prestations assurées sur chaque site et la création d’un SMUR permettront de mieux adapter le personnel à l’activité, tout en augmentant au final la qualité des prestations intra et extrahospitalières. Le CCMUS permet de corriger la plupart des limites sanitaires de l’organisation actuelle.

Saignelégier - fermeture des Urgences qui sont actuellement déjà plus proches d'une permanence médicale que de véritables urgences. Les patients nécessitant une consultation médicale non planifiée solliciteront la garde médicale.

Porrentruy - fermeture des Urgences, transformées en policlinique de 9h00 à 18h00. La journée, la policlinique permettra aux patient(e)s de consulter sans rendez-vous et de disposer d'un plateau technique suffisant pour la prise en charge de la majorité des cas légers.

Delémont - adaptation et renforcement du Centre d'urgence hospitalier 24/24 Le CCMUS prévoit un médecin urgentiste de plus sur le site de Delémont, engagé pour le SMUR, mais aussi disponible pour renforcer les Urgences.

Actuellement, les cas graves et complexes sont déjà orientés vers les Urgences de Delémont ou vers un Centre universitaire.

 

CCMUS cas simples Zoom sur « CCMUS cas simples » (touche ESC pour fermer)
Prise en charge des cas simples

Les maisons de santé - un développement essentiel, en plus du CCMUS

La création de maisons de santé/cabinets de groupe ne fait pas partie du CCMUS, mais il s’agit de compléments incontournables et essentiels : des cabinets de groupes à Saignelégier et Porrentruy permettront de lutter contre la pénurie des médecins traitants. La situation est déjà critique aux Franches-Montagnes et elle le deviendra en Ajoie dans quelques années si rien n’est fait. L’H-JU pourra jouer un rôle de soutien, car il est dans l’intérêt des tous les acteurs de la santé de pouvoir compter sur des médecins généralistes de proximité. Aux Franches-Montagnes, les médecins installés adhèrent totalement au projet de CCMUS et à la création d’une maison de santé aux abords du site de Saignelégier.

Qu'est-ce qui est le plus important pour vous quand on parle de sécurité sanitaire ?

Nous avons posé cette question à différentes personnes, dont certaines à priori réticentes à la mise en place du CCMUS. Elles nous ont répondu de manière unanime :

"Garantir une bonne prise en charge dans les cas graves, les urgences vitales !"

C'est exactement le but du CCMUS, qui permettra d'améliorer la chaîne du sauvetage avec des maillons supplémentaires. Un massage cardiaque effectué par les Premiers répondants pourra par exemple débuter avant l'arrivée des secours, un médecin du SMUR inverviendra dans les cas les plus graves et des Médecins d'urgences de proximité pourront aussi être mobilisés.

Ces moyens s'ajoutent aux services de sauvetage actuels : ambulance et Rega.

On parle beaucoup des Premiers Répondants, mais qu’apporteront-ils réellement et sommes-nous sûrs d’en trouver dans le Jura ?

Les PR sont un nouveau maillon important dans la chaîne du sauvetage. Leur utilité a été démontrée dans les cantons qui les ont introduits. Leur disposition sur l’ensemble du territoire et leur rapidité d’intervention fait gagner un temps précieux jusqu’à l’administration des premiers secours. Chaque minute est cruciale, notamment lors d’un arrêt cardiaque.

De nombreuses personnes sont déjà formées BLS & AED et pour autant qu’elles renouvellent leur certification tous les deux ans, elles pourront figurer sur la liste des PR mobilisables par la CASU. Le potentiel est bien présent et l’intérêt de la population est grand. Nous en avons eu la preuve lors de la Foire du Jura, qui a attiré de nombreuses personnes de tous âges lors des exercices de réanimation assurés par les formateurs de la Fondation RéaJura Cœur.

Et les défibrillateurs ?

Un inventaire des défibrillateurs a été mené dans le Canton du Jura (Service de la Santé Publique, Hôpital du Jura et CASU). RéaJura Cœur propose aux communes qui souhaitent en acquérir une système de location, avec maintenance. La cartographie des défibrillateurs permettra à la Centrale 144 et au PR de s’orienter pour acheminer rapidement un appareil auprès d’une personne victime d’arrêt cardiaque. A noter que le défibrillateur ne remplace pas le massage cardiaque, manœuvre qui reste absolument prioritaire.  

Est-ce que le CCMUS ne va pas faire courir des risques à la population, notamment en Ajoie et aux Franches-Montagnes ?

Non, c'est exactement le contraire : le but du CCMUS est d'améliorer l'efficacité de la prise en charge en renforçant la chaîne du sauvetage. Nous ajoutons des Premiers Répondants, un SMUR et des Médecins d'Urgence de Proximité. D'autres cantons ont expérimenté avec succès ce type de concept qui améliore le délai de prise en charge, notamment en cas d'arrêt cardiaque.

Nous pourrons améliorer le taux de survie en cas de malaise cardiaque, grâce au CCMUS !

Est-ce que le CCMUS vise des économies ?

Pas du tout ! Il vise uniquement une amélioration de la qualité des prestations de sauvetage. Ni l'H-JU, ni la RCJU ne feront d'économies avec ce concept. En revanche, nous utiliserons mieux nos ressources pour une meilleure efficacité dans les cas graves, les véritables urgences vitales !

Est-ce que les Urgences de Delémont pourront vraiment devenir un Centre d'urgence cantonal ?

Les cas graves sont déjà pris en charge à Delémont ou sont redirigés vers un Centre universitaire si nécessaire. Des pistes ont déjà été identifiées pour améliorer le flux des patients et d’autres mesures seront encore prises pour optimiser leur accueil. Par exemple, les urgences chirurgicales pédiatriques 24h/24 seront prises en charge directement en pédiatrie, plutôt qu’aux Urgences adultes comme actuellement. Les médecins expérimentés qui sortiront avec le SMUR représenteront également un renfort important pour les Urgences. En dehors des engagements du SMUR, ils travailleront dans le service. Par ailleurs, nous travaillons aussi à améliorer le fonctionnement des Urgences en les autonomisant, afin que le patient soit vu plus précocement par un médecin cadre. En revanche, il faut aussi être franc : il y aura toujours des pics d’activité aux Urgences et parfois une certaine attente (surtout pour les cas légers ou très légers).

Pourquoi fermer les Urgences de Porrentruy et Saignelégier ?

Les cas nécessitant un plateau technique pointu et les urgences vitales ne sont déjà actuellement pas orientées à Porrentruy et Saignelégier. Elles sont prises en charge à Delémont ou dans l'hôpital le mieux à même de traiter la lésion la plus grave.

Si nous revoyons l’organisation complète de la chaîne des secours, il est aussi essentiel de renforcer les Urgences cantonales et de créer un SMUR. Cela permettra de déplacer le médecin sur place dans certains cas, notamment d’accidents graves ou les arrêts cardiaques.  Les médecins expérimentés du SMUR, quand ils ne seront pas engagés par le SMUR, travailleront dans le Centre d’Urgence cantonal de Delémont ou la journée à Porrentruy.

Maintenir des Urgences 24h/24 sur les trois sites, c’est disperser nos forces pour des cas simples, sans gravité objective, alors que nous avons besoin de réunir les compétences pour disposer d'un Centre d’Urgence performant. Nous sommes déjà confrontés à des difficultés de recrutement dans des domaines spécialisés comme les urgences et si nous ne concentrons pas les professionnels autour d'un projet moderne, nous ne réussirons plus à l'avenir à les garder dans le Jura !
 

Pourquoi ne pas maintenir un service minimum la nuit à Porrentruy ?

Tout le monde convient que le CCMUS améliorera la chaîne du sauvetage et la sécurité sanitaire. La seule crainte de certaines personnes est de « perdre » les Urgences du site de Porrentruy la nuit. Il faut bien comprendre que les 2 cas (en moyenne) qui sont accueillis aux Urgences de Porrentruy la nuit sont pour la plupart des cas bénins, qui sont vus par un médecin interne et un infirmier. Cette activité ne permet pas de justifier le maintien du Service 24h/24. Les cas légers pourront s’adresser à la garde médicale du district jusqu’à 22h00 et s’ils souhaitent absolument être vus durant la nuit plutôt qu’attendre de prendre un rendez-vous chez leur médecin de famille, les patients pourront se rendre à Delémont.

Compte tenu de la pénurie de médecins et de personnel soignant spécialisé, des urgences en sous-activité ne permettront plus d’être attractives pour trouver suffisamment de personnel qualifié.

Comment sont pris en charge les cas psychiatriques aux Urgences ?

Depuis la fermeture de l’UHMP, une équipe infirmière assure une prise en charge spécifique aux Urgences de Delémont pour les patients qui consultent pour motifs psychiatriques. Un(e) infirmier/ère spécialisé(e) est présent(e) 24h/24 et 7j/7. Un médecin psychiatre est de piquet 24h/24. L’infirmier fait une première évaluation et appelle le médecin psychiatre pour un concilium spécialisé. Ce modèle donne entière satisfaction aux patients et au personnel depuis son introduction en octobre 2014. Ces infirmiers/ères sont intégré(e)s à l’équipe des Urgences et permettent, grâce à leurs compétences particulières, une amélioration globale de l’accompagnement offert à tous les patients des urgences (y compris pour l'accompagnement des familles ou des patients agités).

Ce site utilise des cookies à des fins de statistiques, d’optimisation et de marketing ciblé. En poursuivant votre visite sur cette page, vous acceptez l’utilisation des cookies aux fins énoncées ci-dessus. En savoir plus.