Hôpital du Jura

Musicothérapie

      

Musico- et art-thérapie

La musicothérapie en psychiatrie de l'âge avancé

En musicothérapie on utilise tous les aspects de la musique, de la manière la plus judicieuse possible afin d'améliorer, de maintenir ou de rétablir la santé mentale, physique, émotionnelle et spirituelle. Les patients atteints de démence sont souvent ouverts aux stimulations musicales jouées et écoutées.

Dans le cadre d'une séance de musicothérapie, le patient peut être actif, à savoir utiliser différents instruments tels que: une cymbale, des xylophones à sonorités variables, des tambourins, une guitare, un gong, des bols sonores, un piano...quelques notes parfois suffisent. Seul ou avec l'aide de la thérapeute, l'important est que le patient ne soit pas mis en situation d'échec.

Les sons et la musique favorisent la communication afin de créer un lien entre le ou les patients et la thérapeute. En agissant sur la sphère des émotions, la musique peut augmenter la capacité d'expression et ainsi améliorer la communication avec l'entourage, indépendamment du stade de la maladie.

Le chant en particulier, peut apporter du bien être à la personne âgée qui participe ou qui écoute  simplement. Le chant crée un lien vers sa propre histoire et permet le contact aux autres dans le présent. Il peut agir comme effet de consolation ou d'apaisement.

En séance individuelle ou en groupe de deux à six personnes, la musicothérapie offre aux patients la possibilité de trouver calme, détente, plaisir, écoute et de renouer avec leurs émotions.

L'art-thérapie

L’art-thérapie utilise la création artistique (collage, écriture, mouvement, photographie…) comme moyen d’expression afin de vivifier pleinement les ressources de la personne et de favoriser ses forces d’auto-régulation sur les plans intellectuel, physique, psychique et social.

La croissance du processus expressif lui-même est le but principal. C’est essentiellement l’expression spontanée et personnelle qui est visée, ce qui encourage la manifestation des sentiments et émotions.

Au travers d’une rencontre vivante tant avec le thérapeute que l’œuvre, il s’agit bien de présenter au créant la personne avec laquelle elle aura toujours à faire : elle-même ! Et ceci sous de multiples éclairages par le geste et le faire, laissant émerger l’image, le son, le mot, le jeu scénique, le mouvement. L’atelier permet ainsi d’expérimenter, dans une relation particulière, des potentiels dormants que la personne n’a pas encore testés dans la vie en favorisant la surprise et la transformation.

Sans jugement ni interprétation, les ateliers se déroulent individuellement ou en groupe. Après évocation du vécu quotidien, l’atelier débute par un temps de décentrement, qui permet de partir vers l’imaginaire, de transposer ailleurs le problème, la réalité devient fiction. Ceci permet de ne pas brusquer le symptôme car on agit sur le matériau, sur l’œuvre dans une expérience du palpable. Un espace transitionnel de jeu est proposé par l’art-thérapeute. Les notions de liberté et de plaisir ressortent fortement. Le jeu permet de réaliser et se réaliser dans une expérience esthétique des sens, concrète visant le mieux-être.

En création comme dans la vie, la personne a toujours une certaine liberté par rapport à comment elle va répondre. Elle entre ainsi dans un processus de transformation d’elle-même par la création.